Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2017

Manif Gap 10h30 Place Ladoucette contre la Macronite

Paradis fiscal pour les uns, enfer social pour les autres…

Manifestons le 16 novembre Gap 11h30 Place Ladoucette

logo npa rouge .jpgEn 2009, au lendemain de la crise des subprimes, Sarkozy martelait sur tous les tons que « les paradis fiscaux, c’est terminé ». Le candidat Hollande avait, à son tour, promis que, lui président, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale seraient une priorité. Résultat ? Les paradis fiscaux se portent toujours à merveille. Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), regroupant 96 médias de 67 pays, a commencé à dévoiler le 5 novembre, 18 mois après les « Panama Papers », les « Paradise Papers », qui lèvent le voile sur des circuits planétaires d’optimisation fiscale. Ce sont ainsi près de 350 milliards d’euros qui seraient, selon le Monde, soustraits chaque année à la fiscalité des États (120 milliards par an pour l’Union européenne, dont environ 20 milliards pour la France).

Le gouvernement est responsable

Ces nouvelles révélations démontrent que les paradis fiscaux ne sont pas une anomalie mais bel et bien un rouage essentiel du système. Les stratagèmes fiscaux qui permettent aux ultra-riches et aux multinationales d’échapper à l’impôt sont inacceptables. Outre le fait qu’ils aggravent les déficits publics, ils servent également de prétexte pour détruire les services publics et la protection sociale, et renforcent l’injustice fiscale.

L’affaire des Paradise Papers montre que les Etats favorisent les plus grands « gangsters ». Au lieu de supprimer l’impôt sur la fortune et de baisser l’impôt sur les sociétés, il faut réquisitionner les banques et les multinationales qui pratiquent l’évasion fiscale.

Le 16 novembre, manifestons contre Macron et son monde

Lire la suite

03/11/2017

Tract hebdo

Macron : Père Noël des ultra-riches et le Père fouettard des plus pauvres

logo npa rouge .jpg

Face aux Guyanais qui sont venus lui rappeler les engagements de l’Etat, Macron a signifié une fin de non-recevoir en leur répondant qu’il n’était « pas le Père Noël ». En affichant son mépris habituel, Macron a provoqué une explosion de colère, seule réponse qu’il mérite ! Mais Macron a sans doute « oublié » les milliards de cadeaux pour les ultra-riches prévus dans le budget 2018. Regardons d’un peu plus près sa hotte pour la minorité de ses amis.

 

Santa classe

Macron dément que la fin de l’ISF (impôt sur la fortune) et la création d’un Prélèvement forfaitaire unique (PFU), plafonné à 30 %, sur les revenus du capital appelée aussi Flat Tax soit des cadeaux pour les plus riches. Selon lui, ce serait même une mesure de justice voir de solidarité permettant à certains exilés fiscaux de revenir. Selon le président PS de la commission des finances du Sénat, grâce à ces deux réformes, chacun des 100 foyers français détenant les plus grandes fortunes gardera au fond de sa poche le total d’un million et demi d’euros par an, soit 125 000 euros par mois, soit l’équivalent de plus de 100 Smic par tête.

Père fouettard

Depuis à peine 6 mois à la tête du gouvernement, Macron a raison de dire à la majorité du monde du travail qu’il n’est pas le père Noël. Non pour nous c’est le Père fouettard.

Lire la suite

18/10/2017

contre Macron rassemblement Gap

TRACT INTERSYNDICAL 19 oct 2017-1.pdf

Contre les ordonnances Macron et les autres régressions sociales,

Rassemblement JEUDI 19 octobre   17h30

Esplanade du conseil départemental

 

à l'appel de la CGT-FSU-Solidaires

tract hebdomadaire npa

Macron : Le gâteau pour les riches, les miettes pour les pauvres

 logo npa rouge .jpg

Dans son intervention de dimanche, Macron a confirmé qu’il défendait les classes supérieures, patronat et actionnaires. Il tente pour cela de nous faire croire que la lutte des classes n’existe plus. En disant que « les entreprises sont des lieux où des hommes et des femmes sont engagés, certains mettent du capital et d’autres du travail », il nie que c’est le travail qui crée les richesses, des richesses que le capital accapare.

Il prétend également « que ceux qui réussiront pourront entraîner les autres », que donner aux plus riches permettrait aux pauvres de s’élever alors qu’en réalité, l’argent donné aux riches… vient des poches des pauvres ! Ce discours a pour fonction de faire croire à un intérêt commun entre travailleurs et capitalistes, et de dénigrer ceux qui résistent à sa politique et refusent les licenciements, les « activistes violents qui bloquent tout pour avoir des indemnités supra légales »

 

De nouvelles attaques en chantier

Sur l’éducation, il veut développer la sélection à l’entrée des universités. Il veut aussi renforcer la vieille recette de l’apprentissage, niant que ce sont toujours les diplômes généraux qui donnent un accès moins difficile à l’emploi.

 

Lire la suite

14/10/2017

la revolution russe

expo17-pano1 A4.pdf

09/10/2017

10 octobre: Public, privé, jeunes scolarisés, c’est toutes et tous ensemble qu’on peut gagner

Toutes et tous ensemble

logo npa rouge .jpgCombattre la politique de Macron et « son monde »

Ce mardi 10 octobre, l’ensemble des syndicats de la fonction publique et diverses autres organisations –de la SNCF, la chimie, des rassemblement unitaires départementaux – appellent à la mobilisation.

La politique de Macron contre les fonctionnaires aggrave les attaques du gouvernement Hollande : gel du point d’indice, rétablissement du jour de carence, suppressions de 120 000 postes de fonctionnaires, coupes budgétaires… A l’hôpital, dans les écoles, dans les mairies, dans toute la fonction publique, le choix est fait de sacrifier les fonctionnaires et les services rendus à la population pour donner aux riches et aux grands groupes capitalistes.

Macron : une politique cohérente… au service des capitalistes

Macron, le président des riches, est en mission commandée pour satisfaire une petite minorité, celle des patrons du CAC 40, des gros industriels, des groupes financiers… Sa politique suit une logique implacable : casser les acquis sociaux, le code du travail, nous livrer à l’arbitraire patronal pour relancer la machine à profits sur le dos des salariés. 

Pour nourrir les appétits des capitalistes, le gouvernement a décidé de supprimer l’ISF, baisser les APL

Lire la suite

27/06/2017

Marche pour le droit d'asile

Le Préfet a fait savoir vendredi qu’il ne pourrait pas recevoir la Marche pour le droit d’asile ce lundi à Gap ; et proposé un rendez-vous avec ses services. Les marcheurs ayant décliné cette proposition pour attendre un rendez-vous direct avec lui, un revirement de dernière minute a eu lieu lundi après-midi, soit quelques heures avant l’arrivée de la marche : le Préfet a alors proposé in extremis de rencontrer les migrants vendredi prochain, à 17 heures à la sous-préfecture de Briançon.
Bien sûr, les migrants sont soulagés et heureux de cette perspective, et les marcheurs qui les accompagnent souhaitent avec eux que cela préfigure un assouplissement de la ligne politique. Dans le doute, tous appellent à ne pas relâcher la pression citoyenne, et à se mobiliser en nombre vendredi, devant la sous-préfecture, dès 16h30. 
 

Migrants, citoyens et associations déterminés à aider l’Etat … à mettre en cohérence ses discours et ses actes ! …en commençant par les plus urgents : l’annulation des renvois en cours

Lire la suite

26/06/2017

Mobilisation urgente : droit d'asile Gap

MARCHE POUR LE DROIT D’ASILE

BRIANÇON - GAP DU 22 AU 26 JUIN 2017

 

POUR QUE LE DROIT D’ASILE SOIT RESPECTE, ET LES ACCORDS DE DUBLIN LEVÉS, JUSQU’A 130 CITOYENS ET DEMANDEURS D’ASILE DES HAUTES-ALPES MARCHENT ENSEMBLE DEPUIS JEUDI.

A CHAQUE ETAPE DE LA MARCHE, DES ESPACES DE RENCONTRE ET D’ÉCHANGE ONT PERMIS À CHACUN DE S’INFORMER ET DE DÉBATTRE SUR LES ENJEUX DU DROIT D’ASILE POUR NOUS TOUS.

 

La marche arrive aujourd’hui lundi à Gap à partir de 16h00 pour se terminer devant la préfecture 17h30 avec un gros rassemblement. (voir l’agenda).

 

Le préfet ne veut pas recevoir, en personne, la délégation des marcheurs et des différents collectifs.

  IL FAUT S'ORGANISER !!!

UN CAMPEMENT S'ORGANISE À PARTIR DE CE LUNDI 26 JUIN 17H30 DEVANT LA PRÉFECTURE. TOUTES LES PERSONNES QUI LE PEUVENT, SONT APPELÉES À TENIR LE SIÈGE !!!
Vous pouvez vous joindre à nous :

1h, 2h, 3h, passer une partie ou totalité de la nuit pour occuper !
SOYONS NOMBREUX DEMAIN SOIR ET REFLECHISSONS A LA SUITE !!!

 FAITES PASSER DANS VOS RÉSEAUX !


On a besoin d'une grosse mobilisation et on compte sur tous !

08/06/2017

Rassemblement contre les idées d'extrême-droite

La CGT, la FSU et Solidaires, le CODEX (collectif départemental contre les idées d'extrême droite) appelle à se rassembler le 8 juin à partir de 17h30, Esplanade de la Paix à Gap.

Communiqué du CODEX05:

Entre les deux tours de la présidentielle, une grande partie de l'électorat de gauche comme de droite s'est mobilisé pour faire barrage au FN. Chacun à sa manière a fait pour empêcher la victoire de Marine Le Pen , la candidate de la haine et du repli. Battue, elle attire 10,6 millions de voix. La menace s'amplifie et pourtant...

12 millions d'abstentions, plus de 4 millions de votes blancs ou nuls et tant de millions de voix «contre» Le Pen dans le vote «pour» Macron ! Macron est le président le plus mal élu de l'histoire de la Vème république et pas par adhésion à son programme. Celui des politiques libérales et antisociales menées à marche forcée durant les deux quinquennats précédents qu'il veut encore aggraver et imposer.

C'est le lit de l'extrême droite qui se fait là encore !
Les affaires ne cessent d' écœurer de la politique un électorat qui n'accorde plus de crédit à cette forme de démocratie. Les partis de gouvernement sont balayés. Les amalgames pratiqués sur les questions de sécurité, d’immigration, de religion ont renforcé un discours tenu auparavant uniquement par le FN. L'extrême droite adapte son discours selon les publics ou les moments adoptant pour l'heure un caractère « social » pour dénoncer les politiques libérales conduites par des gouvernements de droite et de «gauche» : les repères sont brouillés !

Le FN et les extrêmes droites ont du grain à moudre !
Pour conjurer la menace, il faut continuer à déconstruire les idées fausses de l'extrême droite.

Avec nos partenaires syndicaux nous devons communiquer avec les couches populaires et les jeunes victimes de la supercherie.

Nous devons poursuivre la lutte contre le racisme, contre les discriminations et soutenir l'élan de solidarité avec les « migrants ».

Nous devons alerter contre le danger des politiques annoncées par Macron qui creuseront encore les inégalités ravageuses qui sont le terreau de l'extrême droite.
Le 8 juin à Gap, la CGT, la FSU et Solidaires appellent à un rassemblement contre la haine et la finance.

Nous soutenons cet appel qui émane des trois organisations membres de VISA (Vigilance et initiative syndicales antifascistes) à l'origine de la CONEX et de ses collectifs départementaux nés comme celui des Hautes-Alpes après l 'assassinat par l'extrême droite de Clément Méric le 5 juin 2013.

Tract hebdomadaire NPA

Elections législatives : Un mois de Macron, c’est déjà trop !

logo bandeau npa couleur.jpgLe premier mois de gouvernement d’Édouard Philippe nous donne un sérieux aperçu de la politique qu’il veut mener pendant les cinq prochaines années : casse du code du travail, répression, racisme… Un mois, c’est déjà trop !

Les sondages en vue des élections législatives semblent donner des ailes à Macron et son gouvernement. Certes, la posture de Macron en M. Propre de la politique est démolie par le nouveau feuilleton de scandales autour des tripatouillages de Richard Ferrand. Ce Ministre de la cohésion des territoires avait initié le ralliement de membres du Parti socialiste, dont il était membre depuis 18 ans, dès la mise en route du mouvement de Macron, En marche !, en avril 2016.

A défaut de tenir ses engagements en matière de moralisation de la vie politique, Macron est bien décider à tenir ceux pris auprès du patronat. Des engagements sur le fond et sur les délais exigés par le patronat. Les informations données par la presse sont révélatrices.

De mal en pis

Les négociations d'entreprise concerneraient le contrat et la durée de travail, la santé et la sécurité, les salaires et l’emploi, les motifs de licenciement, le recours au CDD. La « sécurisation juridique des licenciements » pour les patrons serait complétée par le plafonnement des indemnités prud’homales, la réduction des délais de recours ainsi que la « simplification » des procédures collectives.

Pour éviter tout blocage, la possibilité du recours aux référendum d'entreprise serait facilitée, y compris à l'initiative de l’employeur.

Lire la suite