Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2019

Communiqué du Collectif de l’étoile de Veynes

Nouvel affront : le comité de pilotage du 22 octobre, réunion de la dernière chance pour voir se concrétiser les promesses de l’État, a été purement et simplement annulé. Le Gouvernement dit ne pas être en mesure de décider. Pourtant, les propositions techniques de SNCF Réseau sont claires et précises. Une nouvelle fois, le Collectif de l’étoile de Veynes se charge de rendre publiques les données que prétendent ignorer les plus hautes autorités ferroviaires.

Communiqué – lundi 21 octobre 2019

Décidément, le secrétaire d’État aux atermoiements ferroviaires s’en donne à cœur joie. Après l’échec du comité de pilotage du 26 septembre à Gap, dû à la mauvaise préparation de la réunion par les services de l’État, le comité de pilotage du 22 octobre à Grenoble constituait la date ultime pour voir se réaliser la promesse gouvernementale de lancer les travaux urgents sur la ligne Grenoble-Gap en 2020. Las, coup de théâtre : par un courriel laconique adressé mercredi dernier aux collectivités et élues participantes, le préfet de l’Isère a tout bonnement annulé le rendez-vous. Contacté par le sénateur Guillaume Gontard, il a indiqué jeudi que le Gouvernement n'aura rien décidé sur Grenoble-Gap à cette date. SNCF Réseau a déjà clairement annoncé que novembre était la date limite de réception des conventions pour lancer les travaux. Autant dire que la promesse faite la main sur le cœur par Jean-Baptiste Djebbari en septembre dernier dans le Dauphiné libéré est mal partie pour être tenue. Dans le silence total du Gouvernement. Y a-t-il encore un pilote dans l’avion

Brouillard et confusion

Le Collectif sera donc comme prévu devant la préfecture ce mardi pour obtenir enfin des actes ou à défaut, des explications sur le manquement à la parole donnée

Lire la suite

08/10/2019

Tract hebdo

Immigration : construisons les solidarités antiracistes

Un an après la loi « asile-immigration », les débats à l’Assemblée nationale puis au Sénat ainsi que les récentes déclarations de Macron annoncent de nouvelles attaques racistes et antisociales.

logo bandeau npa couleur.jpgAttaques contre l’AME et le regroupement familial

L’Aide médicale d’État, la seule couverture médicale qui protège les étrangerEs en attente de régularisation, est à nouveau sur la sellette. L’argument avancé est son coût, alors qu’elle ne représente que 0,5 % des dépenses de l’assurance maladie. Éloigner les personnes les plus précaires des soins met leur santé en danger et entraînera encore plus de de complications, des pathologies plus avancées…

Le ministère de l’Intérieur envisage de durcir les conditions déjà drastiques qui régissent l’immigration familiale : actuellement il faut justifier de conditions de logement et de revenus que beaucoup de Français « nationaux » n’ont même pas !

Le droit d’asile encore mis à mal

Les 123 000 demandes d’asile en 2018 ne représentent que 0,18 % de l’ensemble de la population.

Lire la suite

18/09/2019

Changeons le systeme pas le climat

Gap Le 20 septembre 10H Lycée D. Villars et

le 21 septembre 14h parc de la Pépinière

Aucune description de photo disponible.

 

14/09/2019

Mobilisation générale pour changer le systeme pas le climat

Gap Le 20 septembre 10H Lycée D. Villars et

le 21 septembre 14h parc de la Pépinière

MOBILISATION GENERALE 

POUR CHANGER LE SYSTEME PAS LE CLIMAT

 

Un été de tous les dangers climatiques

Le mois de juillet 2019 a été le plus chaud jamais enregistré avec deux épisodes de canicule. Des centaines de milliers d'hectares de forêt irremplaçables sont partis en fumée en Amazonie et des feux de forêt inédits ont ravagé le Groenland, la Sibérie et l'Alaska. 

L’augmentation de la température moyenne de la Terre de 1 °C depuis 200 ans provoque déjà des catastrophes dont les  pauvres sont les principales victimes. Ils et elles sont des dizaines de millions contraint·e·s de fuir, sans le droit au statut de réfugié·e·s. 

 

Sortir au plus tôt, complètement des combustibles fossiles

La combustion du charbon, du pétrole, du gaz émet des gaz à effet de serre. Il faut diviser par cinq leur utilisation. Il faut arrêter le nucléaire, dangereux et producteur de déchets toxiques pour des millénaires . Réaffecter les sommes extravagantes qu’il engloutit (EPR de Flamanville, Bure) aux infrastructures et à la recherche dans les renouvelables. Cette transformation radicale doit inclure la reconversion de tou.te.s les travailleur.euse.s des secteurs concernés vers ceux où des centaines de milliers d’emplois nouveaux peuvent être créés. 

 

Il est encore temps pour agir

Pour  baisser la demande d’énergie il faut  éliminer d’urgence les productions inutiles ou nuisibles (production d’armes, engrais chimiques, publicité…), abandonner l’agriculture industrielle en faveur d’une agriculture écologique locale qui peut fixer d’énormes quantités de carbone dans les sols et procurer une nourriture saine à toutes et tous. Il faut arrêter tous les grands projets inutiles, coûteux et dévastateurs -centres commerciaux, aéroports, LGV, autoroutes... Il faut combattre l’obsolescence programmée des produits et les absurdes transports de marchandises à travers le monde. 

 

Assez de baratin !

Les gouvernements refusent de nuire aux grands groupes capitalistes du pétrole, de l’agriculture industrielle, des transports… responsables des émissions de gaz à effets de serre. 

Macron pleure sur la forêt amazonienne mais la France importe 2 millions de tonnes de soja issu  des cultures responsables de la déforestation massive pour l'agroindustrie et l'élevage industriel. La loi votée en juillet  réduit en catimini les objectifs de réduction des émissions et la baisse à 50% de la part du nucléaire est reportée de 2025 à 2035. Dans le même temps, l'Etat français continue de subventionner grassement les  combustibles fossiles.

 

A nous d'agir ensemble maintenant !

Semaine internationale pour le climat du 20 au 27 septembre, grève mondiale des jeunes (et moins jeunes) le vendredi 20 septembre, marches dans toutes les villes du monde le samedi 21 septembre..., l'heure est plus que jamais à renforcer la mobilisation générale pour sauver le climat. 

On a besoin d’un vaste et puissant mouvement unissant la jeunesse, les gilets jaunes, associations, syndicats, partis,  pour imposer des mesures écologiquement efficaces et socialement justes : la sortie des énergies fossiles et l’arrêt du nucléaire, une agriculture écologique et paysanne, des transports publics gratuits… Comment y arriver en laissant la main aux capitalistes qui pomperont jusqu’à la dernière goutte de pétrole ? Il faut les exproprier et décider démocratiquement de produire  ce dont on a besoin en prenant soin de la planète et de ses habitant.e.s !

03/09/2019

Gap Appel des coquelicots

RDV à Gap  18h30 ce vendredi 6 septembre 2019

Tract hebdo

Retraites, santé, éducation, privatisations…
Partout, construire la mobilisation contre Macron

Après une année de mobilisations inédites avec les Gilets Jaunes, on aurait pu s’attendre à
un ralentissement de la politique antisociale de Macron. Il n’en est rien. La casse des services
publics se poursuit (école, hôpitaux…), les privatisations se multiplient comme celle
d’Aéroports de Paris ou de la Française des Jeux et surtout, Macron et son gouvernement
préparent la liquidation du système de retraites par répartition !

Pas touche à nos retraites !

C’est LA réforme du quinquennat. Il s’agit de créer un mécanisme qui réduit
automatiquement le niveau des pensions pour que la partie de la richesse produite (le PIB)
consacrée aux retraites reste fixe - 14% du PIB -, alors que le nombre de retraités ne cesse
d’augmenter par rapport à la population active. Comme le veut le Medef, le gouvernement
n’envisage pas un moment d’augmenter les cotisations patronales pour garantir le niveau
des pensions et maintenir l’âge de la retraite. Avec cette réforme, les pensions perçues par
les retraités vont diminuer !
Avec le système de retraite par points, la retraite devient une affaire individuelle ou chacun
accumulera des points tout au long de sa vie. Fini les 42 régimes spéciaux qui prenaient en
compte la spécificité de certains secteurs. Fini le calcul sur les 25 meilleures années dans le
privé ou sur les 6 derniers mois dans le public. C’est le grand nivellement par le bas !
Ce fonctionnement par point est complété par la fixation de l'âge de départ à la retraite avec
des système de décote et de surcote déterminé soit par un âge pivot (62 ans ou plus) soit
par un décompte d'annuités cotisées.
Quelle que soit la solution retenue, il faudra bien travailler plus pour toucher moins par la
suite.

Combattre le capitalisme sur tous les fronts
Cette réforme est cohérente avec le projet global de Macron et de son gouvernement de
casse de nos acquis sociaux au profit des grands patrons. D’ores et déjà, certains secteurs du
monde du travail commencent à résister, y compris par la grève, dans la santé ou
l’éducation.
De nombreuses journées de luttes sectorielles fleurissent en ce mois de septembre, dans les
services publics, les entreprises ou à l’appel des Gilets Jaunes les samedis. C’est tant mieux si
elles permettent d’accumuler des forces pour converger dans un grand mouvement
d’ensemble, de grèves qui se généralisent contre ce gouvernement. La grève
interprofessionnelle du 24 septembre, appelée entre autres par le CGT, doit être le premier
point de rendez-vous de toutes celles et de tous ceux qui veulent aller dans ce sens.
En interactions avec les questions économiques, les luttes montent également face à
l’urgence climatique. À travers de monde, une nouvelle génération a pris conscience du
désastre annoncé. La multiplication des incendies de forêts en Amazonie ou en Afrique ne
font que renforcer la nécessité de ce combat. Nous ne pouvons plus tergiverser. Seule une
remise en cause du mode de production capitaliste, la planification démocratique de la
production à l’échelle mondiale, pourra donner un avenir à l’humanité. Loin de s’opposer,
les combats des travailleurs.euses et de la jeunesse doivent se nourrir pour en finir avec
Macron et son monde !

21/07/2019

SOS Méditarrannée de retour en mer

Courir ensemble et repartir en mer !

Chers amis,

A l’heure où nous vous écrivons, nous annonçons publiquement notre retour en mer avec un nouveau bateau. C’est une nouvelle importante que nous souhaitions partager avec vous sans plus attendre.

Notre navire est déjà en mer et il fait route vers la Méditerranée.

Pour des raisons de sécurité, nous avons été contraints de garder la plus grande confidentialité autour de nos préparatifs afin de ne pas courir le risque de blocages administratifs.

L’urgence reste entière: selon l’OIM, au moins 20 000 personnes sont mortes noyées en Méditerranée ces cinq dernières années.

Des hommes, des femmes et des enfants continuent à prendre la mer, « entassés » sur des embarcations de fortune pour fuir

Lire la suite

11/07/2019

Tract hebdo

Préparer l’« Acte II » de la mobilisation contre Macron et son monde !

Depuis son élection, Macron et son gouvernement ont frappé fort : loi travail 2, sélection à l’entrée
de l’Université, démantèlement de la SNCF, réformes dans l’éducation nationale, fin de l’ISF,
réforme du statut des fonctionnaires… Face à cela, de nombreuses résistances se sont
développées. L’an dernier, cheminotEs et étudiantEs se sont mis en grève. Cette année, pendant
plus de 6 mois, les Gilets jaunes ont défié le pouvoir et des luttes se développent actuellement
dans la santé et l’éducation. Mais cela n’a pas suffi à stopper l’offensive et un nouveau round
d’affrontements avec la Macronie est devant nous !

Tirer les bonnes leçons pour gagner
Macron a mis la barre très haute. Il a montré qu’il préférait faire parler la matraque et les gaz
lacrymogènes plutôt que de céder d’un pouce sur sa politique. Sur la forme, l’autoritarisme
exacerbé est le pendant de sa politique de casse sociale qui vise à nous imposer des reculs sur
nos droits. On ne compte plus les milliers d’arrestations et de garde à vue, les centaines de
blesséEs et de mutiléEs ces derniers mois.
Pour le faire plier, il faudra s’y mettre toutes et tous ensemble : en grève dans les boîtes et les
services publics, mobiliséEs sur les ronds-points, déterminéEs dans les facs et les lycées… La
conscience que seule une mobilisation générale, par les grèves et les blocages, et la construction
de liens et de cadres solides pour organiser cette riposte, permettra de l’emporter.

Les combats sont devant nous
Macron espère qu’il va pouvoir dérouler son programme jusqu’au bout. Privatisation d’Aéroport de
Paris, « réforme » des retraites (une transformation fondamentale visant à baisser nos pensions et
à reculer l’âge de départ), casse des services publics, assurance chômage… Tous ces dossiers
sont sur la table.
Ils vont nécessiter une réponse déterminée, unitaire et majoritaire de notre camp social. Partout,
nous devons nous poser la question de construire des collectifs de luttes, regroupant la gauche
sociale et politique, les équipes militantes dans les services publics, dans les entreprises, dans les
quartiers, et les centaines de milliers de personnes qui se sont retrouvées sur des bases
progressistes dans le mouvement des Gilets Jaunes.

Reconstruire une gauche anticapitaliste de combat
Les derniers résultats électoraux, mettant le Rassemblement national et Macron en tête, doivent
nous alerter sur l’absence de représentation politique pour toutes celles et tous ceux qui aspirent à
construire une société émancipatrice, débarrassée du capitalisme. Nous avons besoin d’un parti
qui incarne une gauche anticapitaliste de combat à une échelle large.
Pour cela, le NPA est disponible pour discuter avec toutes les forces organisées, les courants
politiques, les équipes militantes, les individus qui partagent ce même objectif. Si les élections
municipales s’invitent dans le débat et auront leur importance, c’est d’abord par des vérifications
pratiques dans les luttes sociales que des convergences doivent se construire.
Pour les mobilisations, pour une alternative anticapitaliste et internationaliste, le NPA entend
prendre toute sa part dès la rentrée. C’est urgent et nécessaire.
Le mardi 9 juillet 2019

02/07/2019

tract hebdo

Halte à la répression et aux violences policières

npa rouge et noir.jpgPlusieurs dizaines de jeunes, assisEs sur le Pont de Sully à Paris pour manifester pour le climat, ont été gazéEs à bout portant, en plein visage, par la police. À Nantes, dans la nuit de la Fête de la musique, elle a attaqué avec chiens, matraques, grenades lacrymogènes. Des centaines de personnes ont fui et ce sont 14 personnes qui ont été repêchées dans la Loire, une quinzième a disparu.

Neuf militants de la CGT de PSA Poissy ont été condamnés à 9 mois de prison avec sursis, accusés d'une pseudo séquestration de 17 minutes dans le cadre de la mobilisation contre la fermeture de leur usine. Les grévistes de la Poste dans les Hauts-de-Seine régulièrement convoqués au commissariat, voire gardés à vue, alors qu’il s’agit d’un conflit du travail. Les migtantEs sont entasséEs dans des centres de rétention administrative dans des conditions scandaleuses.

Le New York Times dénonce « une restriction permanente des droits constitutionnels des citoyens français ».

 

Un élargissement de la sphère et de l’échelle de la répression policière

Lire la suite

17/06/2019

Soutien aux 3+4+ ... de Briançon

e grand appel d'AIR en soutien aux exilé.e.s, mauraudeurs.euses, et solidaires

Le 22 juin : Festival "Le Grand appel d'air"
Organisé par le comité de soutien des 3+4 de Briançon au parc du château de la Roche de Rame (05). Ce festival a pour but d'être solidaire envers tous les maraudeurs.ses et autres solidaires qui aident les migrants depuis plus de trois ans dans le Briançonnais.

Lire la suite