Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2019

Communiqué du Collectif de l’étoile de Veynes

Nouvel affront : le comité de pilotage du 22 octobre, réunion de la dernière chance pour voir se concrétiser les promesses de l’État, a été purement et simplement annulé. Le Gouvernement dit ne pas être en mesure de décider. Pourtant, les propositions techniques de SNCF Réseau sont claires et précises. Une nouvelle fois, le Collectif de l’étoile de Veynes se charge de rendre publiques les données que prétendent ignorer les plus hautes autorités ferroviaires.

Communiqué – lundi 21 octobre 2019

Décidément, le secrétaire d’État aux atermoiements ferroviaires s’en donne à cœur joie. Après l’échec du comité de pilotage du 26 septembre à Gap, dû à la mauvaise préparation de la réunion par les services de l’État, le comité de pilotage du 22 octobre à Grenoble constituait la date ultime pour voir se réaliser la promesse gouvernementale de lancer les travaux urgents sur la ligne Grenoble-Gap en 2020. Las, coup de théâtre : par un courriel laconique adressé mercredi dernier aux collectivités et élues participantes, le préfet de l’Isère a tout bonnement annulé le rendez-vous. Contacté par le sénateur Guillaume Gontard, il a indiqué jeudi que le Gouvernement n'aura rien décidé sur Grenoble-Gap à cette date. SNCF Réseau a déjà clairement annoncé que novembre était la date limite de réception des conventions pour lancer les travaux. Autant dire que la promesse faite la main sur le cœur par Jean-Baptiste Djebbari en septembre dernier dans le Dauphiné libéré est mal partie pour être tenue. Dans le silence total du Gouvernement. Y a-t-il encore un pilote dans l’avion

Brouillard et confusion

Le Collectif sera donc comme prévu devant la préfecture ce mardi pour obtenir enfin des actes ou à défaut, des explications sur le manquement à la parole donnée


Nouvel affront : le comité de pilotage du 22 octobre, réunion de la dernière chance pour voir se concrétiser les promesses de l’État, a été purement et simplement annulé. Le Gouvernement dit ne pas être en mesure de décider. Pourtant, les propositions techniques de SNCF Réseau sont claires et précises. Une nouvelle fois, le Collectif de l’étoile de Veynes se charge de rendre publiques les données que prétendent ignorer les plus hautes autorités ferroviaires.

 

Communiqué – lundi 21 octobre 2019

 

Décidément, le secrétaire d’État aux atermoiements ferroviaires s’en donne à cœur joie. Après l’échec du comité de pilotage du 26 septembre à Gap, dû à la mauvaise préparation de la réunion par les services de l’État, le comité de pilotage du 22 octobre à Grenoble constituait la date ultime pour voir se réaliser la promesse gouvernementale de lancer les travaux urgents sur la ligne Grenoble-Gap en 2020. Las, coup de théâtre : par un courriel laconique adressé mercredi dernier aux collectivités et élues participantes, le préfet de l’Isère a tout bonnement annulé le rendez-vous. Contacté par le sénateur Guillaume Gontard, il a indiqué jeudi que le Gouvernement n'aura rien décidé sur Grenoble-Gap à cette date. SNCF Réseau a déjà clairement annoncé que novembre était la date limite de réception des conventions pour lancer les travaux. Autant dire que la promesse faite la main sur le cœur par Jean-Baptiste Djebbari en septembre dernier dans le Dauphiné libéré est mal partie pour être tenue. Dans le silence total du Gouvernement. Y a-t-il encore un pilote dans l’avion ?

 

Brouillard et confusion

Le Collectif sera donc comme prévu devant la préfecture ce mardi pour obtenir enfin des actes ou à défaut, des explications sur le manquement à la parole donnée. Aux côtés des collectivités locales et de nombreux élus, il demande à être reçu en préfecture en lieu et place du comité de pilotage. De son côté, le président de Région Laurent Wauquiez a choisi lui aussi la voie du brouillard et de la confusion, en annonçant des travaux en 2021 et une participation régionale de 10 millions d’euros (autant que l’État, contre 6 millions proposés au COPIL de Gap le 26 septembre). Hélas encore une fois : moins d’une semaine plus tard en assemblée plénière, il revenait à une participation régionale d’un montant de 6 millions. Visiblement, plus la ligne se rapproche du précipice (officiellement, c’est toujours la fermeture en décembre 2020 qui est décidée), plus les pouvoirs publics se mettent à dire et faire n’importe quoi ! La démocratie ne se règle pas à coup de déclarations intempestives dans les journaux. La colère est grande dans l’ensemble des territoires traversés par la ligne.

 

Le problème n’est pas technique

Les données techniques sont pourtant simples. Alors que le Gouvernement semble encore attendre des diagnostics et autres rapports, le Collectif joue une nouvelle fois les intermédiaires pour faire passer les informations. Il livre dans une note au secrétaire d’État aux Transports les principaux éléments techniques, qui devraient lui permettre de prendre une décision. Déjà, en septembre dernier, le devis de travaux de SNCF Réseau était clair et précis. Puis, après l’échec du comité de pilotage de Gap, la direction du service « Infrapole » a proposé d’autres scénarios pour réaliser la première phase de travaux urgents. Ceux-ci sont précisément listés et chiffrés. Ce faisant, la direction confirme ce que disent les cheminots depuis longtemps : la date de fermeture en décembre 2020 pourrait être repoussée jusqu’à fin 2021, pour réaliser la première phase de travaux en 2022. Dans tous les cas, un arbitrage politique doit être pris rapidement, avant que ne s’enclenchent les processus internes à la SNCF qui rendront inéluctable la fermeture de la ligne dans un an. Après plus d’un an de myopie, le Gouvernement va-t-il enfin réussir à lire les diagnostics techniques pour prendre une décision ?

 

--

contact@etoileferroviairedeveynes.info

etoileferroviairedeveynes.info

Facebook : @ligne.grenoble.gap

Twitter : @etoileFVeynes

Écrire un commentaire