Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2019

Tract hebdo

Préparer l’« Acte II » de la mobilisation contre Macron et son monde !

Depuis son élection, Macron et son gouvernement ont frappé fort : loi travail 2, sélection à l’entrée
de l’Université, démantèlement de la SNCF, réformes dans l’éducation nationale, fin de l’ISF,
réforme du statut des fonctionnaires… Face à cela, de nombreuses résistances se sont
développées. L’an dernier, cheminotEs et étudiantEs se sont mis en grève. Cette année, pendant
plus de 6 mois, les Gilets jaunes ont défié le pouvoir et des luttes se développent actuellement
dans la santé et l’éducation. Mais cela n’a pas suffi à stopper l’offensive et un nouveau round
d’affrontements avec la Macronie est devant nous !

Tirer les bonnes leçons pour gagner
Macron a mis la barre très haute. Il a montré qu’il préférait faire parler la matraque et les gaz
lacrymogènes plutôt que de céder d’un pouce sur sa politique. Sur la forme, l’autoritarisme
exacerbé est le pendant de sa politique de casse sociale qui vise à nous imposer des reculs sur
nos droits. On ne compte plus les milliers d’arrestations et de garde à vue, les centaines de
blesséEs et de mutiléEs ces derniers mois.
Pour le faire plier, il faudra s’y mettre toutes et tous ensemble : en grève dans les boîtes et les
services publics, mobiliséEs sur les ronds-points, déterminéEs dans les facs et les lycées… La
conscience que seule une mobilisation générale, par les grèves et les blocages, et la construction
de liens et de cadres solides pour organiser cette riposte, permettra de l’emporter.

Les combats sont devant nous
Macron espère qu’il va pouvoir dérouler son programme jusqu’au bout. Privatisation d’Aéroport de
Paris, « réforme » des retraites (une transformation fondamentale visant à baisser nos pensions et
à reculer l’âge de départ), casse des services publics, assurance chômage… Tous ces dossiers
sont sur la table.
Ils vont nécessiter une réponse déterminée, unitaire et majoritaire de notre camp social. Partout,
nous devons nous poser la question de construire des collectifs de luttes, regroupant la gauche
sociale et politique, les équipes militantes dans les services publics, dans les entreprises, dans les
quartiers, et les centaines de milliers de personnes qui se sont retrouvées sur des bases
progressistes dans le mouvement des Gilets Jaunes.

Reconstruire une gauche anticapitaliste de combat
Les derniers résultats électoraux, mettant le Rassemblement national et Macron en tête, doivent
nous alerter sur l’absence de représentation politique pour toutes celles et tous ceux qui aspirent à
construire une société émancipatrice, débarrassée du capitalisme. Nous avons besoin d’un parti
qui incarne une gauche anticapitaliste de combat à une échelle large.
Pour cela, le NPA est disponible pour discuter avec toutes les forces organisées, les courants
politiques, les équipes militantes, les individus qui partagent ce même objectif. Si les élections
municipales s’invitent dans le débat et auront leur importance, c’est d’abord par des vérifications
pratiques dans les luttes sociales que des convergences doivent se construire.
Pour les mobilisations, pour une alternative anticapitaliste et internationaliste, le NPA entend
prendre toute sa part dès la rentrée. C’est urgent et nécessaire.
Le mardi 9 juillet 2019

Écrire un commentaire