Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2017

COntre Macron et son monde

PARADIS FISCAUX POUR LES CAPTALISTES

ENFER SOCIAL POUR LES CLASSES POPULAIRES

DÉGAGEONS MACRON ET SON MONDE

Manif Gap Place Ladoucette

11h30

En 2009, au lendemain de la crise des subprimes, Sarkozy martelait sur tous les tons que « les paradis fiscaux, le secret bancaire, c’est terminé ». Puis le candidat Hollande avait promis que, lui président, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale seraient une priorité. Résultat ? Les paradis fiscaux se portent toujours à merveille.logo npa rouge .jpg

Un consortium international de journalistes et de médias a révélé les secrets des circuits de “l’optimisation fiscale“ des multinationales et des grandes fortunes. Ce sont ainsi près de 350 milliards qui seraient soustraits chaque année à la fiscalité des États. En France, cela prive le budget d’au moins 20 milliards : quatre fois le “déficit” de la Sécurité sociale ou encore l’équivalent de 100 000 emplois payés au SMIC. Une insulte aux personnes en emplois aidés dont le poste a été supprimé. Et autant d’argent qui manque à l’éducation, à la santé, à la culture…


UNE GUERRE SOCIALE CONTRE LES JEUNES ET LES CLASSES POPULAIRES

Trois milliards d’impôts en moins pour les riches. Mais pour les jeunes, les salariés et les retraités, la situation va se dégrader avec l’augmentation de la CSG, la baisse des APL qui pourrait passer à 50 euros en 2018, le report du “tiers payant“ pour les consultations médicales et la hausse du forfait hospitalier.

Les patrons vont pouvoir licencier plus facilement. La précarité sera aggravée et les personnes au chômage bientôt obligées d’accepter des boulots précaires et mal payés, sous peine d’être privées d’indemnités. Sans oublier la nouvelle attaque contre les retraites qui est en préparation.

Dans ce cadre, quel avenir pour les jeunes des milieux populaires ?


PARADIS FISCAUX POUR LES CAPTALISTES

ENFER SOCIAL POUR LES CLASSES POPULAIRES

DÉGAGEONS MACRON ET SON MONDE

Manif Gap Place Ladoucette

11h30

En 2009, au lendemain de la crise des subprimes, Sarkozy martelait sur tous les tons que « les paradis fiscaux, le secret bancaire, c’est terminé ». Puis le candidat Hollande avait promis que, lui président, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale seraient une priorité. Résultat ? Les paradis fiscaux se portent toujours à merveille.logo npa rouge .jpg

Un consortium international de journalistes et de médias a révélé les secrets des circuits de “l’optimisation fiscale“ des multinationales et des grandes fortunes. Ce sont ainsi près de 350 milliards qui seraient soustraits chaque année à la fiscalité des États. En France, cela prive le budget d’au moins 20 milliards : quatre fois le “déficit” de la Sécurité sociale ou encore l’équivalent de 100 000 emplois payés au SMIC. Une insulte aux personnes en emplois aidés dont le poste a été supprimé. Et autant d’argent qui manque à l’éducation, à la santé, à la culture…


UNE GUERRE SOCIALE CONTRE LES JEUNES ET LES CLASSES POPULAIRES

Trois milliards d’impôts en moins pour les riches. Mais pour les jeunes, les salariés et les retraités, la situation va se dégrader avec l’augmentation de la CSG, la baisse des APL qui pourrait passer à 50 euros en 2018, le report du “tiers payant“ pour les consultations médicales et la hausse du forfait hospitalier.

Les patrons vont pouvoir licencier plus facilement. La précarité sera aggravée et les personnes au chômage bientôt obligées d’accepter des boulots précaires et mal payés, sous peine d’être privées d’indemnités. Sans oublier la nouvelle attaque contre les retraites qui est en préparation.

Dans ce cadre, quel avenir pour les jeunes des milieux populaires ? Entre incitation forte à l’apprentissage et le retour de la sélection à l’entrée à l’université, c’est directement leur droit aux études qui est menacé.

Quant aux migrants qui fuient les dictatures, la misère ou les guerres, ils continuent d’être traités de manière plus qu’indigne.


CONTRE MACRON ET LA BARBARIE QU’IL INCARNE !

Macron et son gouvernement ont décidé de mener, au pas de charge, une guerre sociale impitoyable à la jeunesse et aux classes populaires. Qu’on le veuille ou non, il est clair qu’on ne peut plus se contenter de lutter secteur par secteur, réforme par réforme. Pour gagner, il est temps de faire une force de toutes nos colères rassemblées. Une force avec un vrai plan de bataille pour faire reculer le patronat et le gouvernement à son service, et au delà, s’attaquer à la racine du mal : un monde capitaliste dont la seule boussole est le profit maximum.

C’est dans cet esprit que nous construisons les grèves comme celle du 16 novembre appelées par la CGT, Solidaires, FO, la FSU et des organisations de jeunesse, et que nous appelons à participer à la marche du Front social le 18 novembre.

A quelques jours de la “ratification“ par le Parlement des ordonnances qui s’attaquent gravement aux protections apportées par le Code du travail, il est important de montrer notre détermination à faire échec à cette régression sociale sans précédent.

Mais tout le monde sait que cette journée ne suffira pas. Pour gagner face à Macron et aux patrons, il faudra une grève prolongée qui bloque l’activité du pays, en occupant les lieux de travail. Pour cela, il est temps que toutes les organisations, partis, syndicats et collectifs se mettent d’accord sur un plan d’action. Il faut enfin que se construise une opposition militante, dans les entreprises, dans la rue, pour mettre un coup d’arrêt à la politique de ce gouvernement qui, si nous ne l’arrêtons pas, a pour projet de casser tous nos droits et de donner le pouvoir total au grand patronat.

Écrire un commentaire